EDITORIAL / SAVOIRS SCOLAIRES UNIVERSELS ? par Olivier BRIFFAUT

« Notre savoir consiste en grande partie à « croire savoir », et à croire que d’autres savent« 

(P. VALÉRY, L’Homme et la coquille, Gallimard).

Expression d’une Raison universelle indépendante du temps et des intérêts économiques, politiques, sociaux, culturels, etc., les savoirs scolaires étaient considérés il y a encore trois ou quatre décennies comme une référence absolue. Mais la dénonciation (par Pierre BOURDIEU et Jean-Claude PASSERON) de la reproduction des inégalités sociales dans – et par – le système scolaire, ainsi que la critique de l’ethnocentrisme culturel occidental, ont fait vaciller sur ses bases cette définition positiviste des savoirs (Jean-Marc RÉMY interroge au sein de son analyse le sens du savoir sociologique), au profit d’une démarche constructiviste cherchant une explication collective de l’échec scolaire (et social). Ce faisant, l’interrogation visant l’exclusion de l’école de pans entiers du savoir est rendue incontournable par les évolutions sociales (éducation civique, à la communication, à la lecture d’images : lire Anne BERTONI, à la musique : lire Joëlle-Elmyre DOUSSOT, etc.). L’évolution de diverses disciplines universitaires (l’histoire de Michel FOUCAULT, l’anthropologie de Claude LÉVI-STRAUSS, etc.) vers un certain relativisme culturel a instauré un climat propice à un tel questionnement sur la nature des savoirs scolaires, d’autant plus que l’opinion publique s’inquiète d’une prétendue « baisse du niveau » générée par la démocratisation (C. BAUDELOT et R. ESTABLET ont démontré le contraire en 1989) et se trouve perplexe devant les nouvelles méthodes éducatives. Et de fait, la question du sens des savoirs paraît aujourd’hui inévitable. Il s’agit de comprendre comment les élèves construisent le sens de leur expérience scolaire personnelle à partir des savoirs appris ; le « fatalisme sociologique » est là bien nuancé, notamment par la reconnaissance de savoirs « professionnels » (lire l’analyse en éducation de Michel LUGNIER). La question est de savoir quelles compétences sont nécessaires pour être un citoyen actif au XXIème siècle et comment doit être assurée une transmission culturelle intergénérationnelle juste pour tous (lire l’analyse linguistique d’Olivier MARTY et l’analyse en éducation de Raphaël FRANGIONE). Bref, que savoir ? Et combien de strates de savoirs explorer quand on se place dans un processus de recherche (lire l’analyse macroéconomique de votre serviteur) ?

Que savoir ? Une sélection pluridisciplinaire thématique de Papiers Universitaires Olivier BRIFFAUT (dir.) Cet ouvrage regroupe plusieurs thèmes déjà parus, mais enrichis, et s’inscrit dans notre politique de nouvelle formule de publication. Il inclue deux textes inédits :

1. De Elena V. PAVLENKO : « Enseignement supérieur en Russie : un essai d’approche marketing » (texte traduit du Russe par Ivetta BERD et présenté par Maurice ENFRUN)…

L’enseignement supérieur joue un rôle majeur dans la vie économique et sociale. Pour maîtriser l’adéquation de ses services aux besoins du marché, il est nécessaire de bien percevoir les attentes des principaux utilisateurs, l’entreprise et la recherche scientifique, qui ont besoin d’un flux constant de nouveaux diplômés, compétents et efficaces.

2. De Nicolas BALUTET : « L’Espagne du siècle d’or et les écrivains russes (POUCHKINE, TOURGUENIEV, NABOKOV et DOSTOÏEVSKI) »…

« Les Espagnols chantent toujours la passion triste et les Russes la tristesse passionnée » (M. AGUEEV).

 

« Le savoir n’est pas une vulgaire matière première. Il ne vient jamais à épuisement. Au contraire, il s’accroît toujours grâce à la diffusion des connaissances » (D. BOORSTIN).

 

Si on connaît bien aujourd’hui les relations culturelles et en particulier littéraires qu’entretenaient, à l’époque des Lumières, la France et la Russie, il n’en va pas de même de l’influence de l’Espagne sur la pensée de sa lointaine voisine orientale.

Parution, extraits à lire, achat (livre manuscrit ou format pdf)…chez   Conférence(s) – 291 pages – Numéro I.S.B.N. : 2-7481-6234-X

Poster un commentaire

Classé dans QUE SAVOIR ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s