EDITORIAL / JE… EUX… : JEU ! par Olivier BRIFFAUT

JEU : chaque individu ayant un comportement se conformant à des objectifs particuliers, quelle stratégie personnelle va-t-il développer compte tenu de son impact sur celle d’autres individus avec lesquels il est mis en contact ?

Telle est la problématique de la théorie des jeux, à l’aide de laquelle on peut montrer que l’optimisation des choix d’un point de vue individuel peut conduire à des situations de sous-optimalité au niveau global.

Prenons l’exemple du « dilemme du prisonnier » auquel fait référence Jean-Marc REMY dans son analyse sociologique :

si un prisonnier A dénonce un prisonnier B, la peine du premier sera nulle si B ne le dénonce pas (B purgera alors 10 ans de prison), et de 8 ans si B le dénonce (B purgera aussi 8 ans de prison, la peine étant partagée). Si A décide de ne pas dénoncer B, sa peine sera de 1 an si B coopère (ne le dénonce pas non plus ; B subira une peine de 1 an d’emprisonnement), et de 10 ans si B dénonce A (la peine de B est alors nulle). La situation présente deux stratégies coopératives (S1 et T1). On constate que (S2 ; T2) constitue la solution optimale du jeu, S2 dominant strictement S1 et T2 pareillement T1. Bien qu’induit de la rationalité de chaque joueur, l’équilibre (dit « de NASH ») se révèle sous-optimal à (S1 ; T1), situation dans laquelle les deux prisonniers auraient à purger 1 an de prison (au lieu de 8 ans !). Cela signifie que si un joueur modifie unilatéralement son niveau de coopération (A passe de S1 à S2 ou B de T1 à T2), sa satisfaction s’améliore ; mais si les deux joueurs le font simultanément, leur situation se détériore !

JE prévois donc de choisir et d’anticiper comment EUX vont réagir… JE modifie ma stratégie… JE peut même anticiper leur réaction sachant qu’EUX anticipent également quelle sera la mienne s’ils se comportent ainsi… Tout JEU est donc au plus profond l’ensemble des règles qui régissent les relations entre les individus. Il en est ainsi du jeu musical – lien entre le compositeur et l’interprète. L’analyse de la relation éducative sous l’angle psychologique démontre bien qu’une issue optimale (construction d’une personnalité) du jeu est délicate à atteindre, ou est parfois difficilement cernable : quelle est l’identité du narrateur ? Telle est une des questions soulevées par l’analyse littéraire d’Anne BERTONI… Il peut être question, par ailleurs, du lien entre je(u) et vérité…

Poster un commentaire

Classé dans JE(U)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s