EDITORIAL / ETRANGERES DISCIPLINES par Olivier BRIFFAUT

Le ministre de l’Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie, M. Claude ALLEGRE, avait lancé une consultation dite « lycéenne », encadrée par Philippe MEIRIEU ; il fut théoriquement dégagé des synthèses académiques (que les Conseillers Principaux d’Éducation et les services centraux de l’IUFM de Dijon ont rédigées) une synthèse nationale présentée les 29 et 30 avril 1998 à Lyon concernant les savoirs devant constituer la culture de nos futurs universitaires.

Or, la présidence du conseil scientifique de cette consultation (dont les questionnaires sont un splendide contre-exemple de scientificité, tant au niveau de la collecte d’information que de son impossible traitement statistique !) a été confiée à Edgar MORIN, animateur des récentes journées « relier les connaissances », chantre de la notion de transdisciplinarité, pourfendeur s’il en est de l’empilement des connaissances sans organisation culturelle (cf. Science et Conscience, Le Seuil, 1991, et plus particulièrement Introduction à la Pensée Complexe, ESF, 1990). L’idée d’universalité visant à la compréhension toujours plus fine d’un monde toujours plus complexe a ainsi droit de cité au sein même de l’Education Nationale : « Je pars de la nécessité de relier et d’organiser les savoirs afin de répondre à un défi permanent dans l’Histoire mais aggravé dans le monde actuel : celui de notre capacité à situer nos connaissances dans un contexte, à saisir la complexité de ce qui est tissé ensemble. Or, la façon dont on fragmente le savoir affaiblit cette capacité de l’esprit… » (Edgar MORIN, Interview de Samuel JOHSUA, Le Monde de l’Éducation, de la Culture et de la Formation, n°258, avril 1998, pp.11-13). L’Université – étymologiquement – ne peut se soustraire à l’universalité !

L’idée est de recomposer les divisions disciplinaires héritées de la structure de pensée de DESCARTES qui consistait à séparer les difficultés, à les traiter séparément et qui aboutit ainsi à la compartimentation actuelle, pour se rapprocher de celle de PASCAL, selon laquelle il faut relier les parties au tout et le tout aux parties. A la lecture de PAPIERS UNIVERSITAIRES, nous nous apercevons qu’effectivement les disciplines universitaires traditionnelles ne sont pas étrangères : au sein de chaque article, de multiples renvois à d’autres domaines de recherche apparaissent, tendant à conférer à l’analyse globale une certaine vérité explicative grâce à la richesse des divers points de vue. Rejeter, par humilité, le cloisonnement disciplinaire en vue d’expliciter un thème-objet d’étude permet ainsi de dégager quelques idées générales concernant une préoccupation contemporaine : « … une des plus grandes conquêtes de notre siècle : la conscience de l’impossibilité d’un savoir total, l’incertitude fondamentale sur les grands problèmes… Bien que la quantité de savoir soit aujourd’hui exponentielle et qu’aucun esprit ne puisse l’embrasser, on ne peut pas se passer d’idées générales… Le tout est d’avoir les idées générales les moins creuses possibles, et il faut donc les relier à une expérience humaine et un savoir non mutilé » (ibid.).

La pluridisciplinarité dont témoignent les présents papiers est une étape nécessaire pour parvenir réellement un jour à une recherche universitaire et un enseignement secondaire et supérieur transdisciplinaires. Le processus est amorcé qui fera renaître, à n’en point douter, la joie d’apprendre et de connaître : « Parce que les disciplines sont des objets artificiels et cloisonnés, elles atrophient cette joie de connaître » (ibid.).

Poster un commentaire

Classé dans ETRANGER...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s